• Ma petite couturière - Saez - vidéo, paroles, extrait live (Francofolies 2013)

     

     

     

     

     

     

     

    Damien Saez …  un des héritiers de Léo Ferré.

    « Ma petite couturière » est un titre extrait de l’album « Messina » (2012).

    Ma petite couturière - Saez - vidéo, paroles, extrait live (Francofolies 2013)

    Un texte sublime sur des airs de délocalisations, désindustrialisation, chômage, crise …  , résolument engagé donc … comme sa diatribe anti ministère de la culture, anti télé, …  en guise de conclusion de son concert aux francofolies de La Rochelle le 14 Juillet 2013, avec en terminant un extrait de « Ma petite couturière » justement. Juste grandiose !! 

     

     

    (Fin du concert aux francofolies de La Rochelle, le 14/07/2013)

     

     

    Chanson intégrale :

     


     

    Paroles :

    Ma petite couturière
    Elle est pas haute couture
    Mais faut voir quand elle coud
    Des ourlets à mon cœur

    Ma petite couturière
    Elle connaît les mesures
    De mon cœur éperdu
    Là dans la fourmilière

    Des trous dans les tricots
    Et les bas qui s'effilent
    Au fil du temps tu vois
    Passer sur la machine
    Finis les travailleuses
    Bonjour les plasticiennes
    L'heure est aux dépensières
    Aux abeilles en guêpières

    Faut jeter les bobines
    Oui le film est fini
    Du temps des gabardines
    Faut laisser ton boulot
    Pour d'autres ouvrières
    Pour d'autres solidaires
    Dans d'autres fourmilières
    A d'autres couturières
    Y'a des œillets perdus
    Pendants aux boutonnières
    Quand les points de couture
    Tournent aux points de suture

    En ligne les brodeuses
    C'est le temps des chômeuses
    C'est l'heure de rendre la blouse
    De tremper les mouchoirs
    Habillez les jupons
    Sur un fichu de paille 
    Puisque tous les patrons
    Nous laissent sur la paille

    Ma petite couturière
    Elle est pas haute couture
    Elle est prête à porter
    Le monde à bout de bras

    Ma petite couturière
    Elle connaît les mesures
    De mon cœur éperdu
    Là dans la fourmilière

    Fini le temps des cerises
    Des écharpes pour deux
    Dire que même à l'usine
    Il faudra dire adieu

    Merci bien mon bon maître
    Merci bien mon monsieur
    De m'en donner toujours
    De quoi pisser par les yeux

    Ils ne parlent pas pour nous
    Ils nous vendent l'âme et c'est tout
    Ils sont bons qu'à promettre
    Et nous bons qu'à nous faire mettre
    Ouais l'aiguille s'est plantée
    Dans le cœur des copines
    Jetez les dés à coudre
    L'avenir s'est cassé
    Les lacets à nos cœurs
    Les chaînes à nos chevilles
    Finies les fleurs en boutons
    Planquées dans les bustiers 

    Ma petite couturière
    Elle est pas haute couture
    Mais faut voir quand elle coud
    Des ourlets à mon cœur

    Ma petite couturière
    Elle connaît les mesures
    De mon cœur éperdu
    Là dans la fourmilière
     

    De mon cœur éperdu

    Là dans la fourmilière

    Ma petite couturière
    Ma petite couturière
    Ma petite couturière
    Ma petite couturière
    Ma petite Ma petite Ma petite couturière

    Ouvrier l'ombre est le cœur de nos vies
    Qu'on a laissé saigner dans le fond des gouttières
    Toujours sur les avenues
    Les révolutionnaires tendent la main 
    A des gens qui n'en pensent pas moins
    Toujours sur le métal hurlant des machines
    A l'usine
    Elle retourne au charbon
    Elle retourne à la mine
    Ma jolie figurine
    Elle rassemble elle nous serre les boulons
    Elle est pas haute couture
    Elle est prête à porter
    Le monde à bout de bras
    Ma petite ouvrière
    Elle va dans la fourmilière 
    Elle retourne à la lutte

    Puisque tout tourne ici
    Oui oui à la folie
    Puisque tout tourne ici
    Oui oui à la folie
    Oui oui oui
    A la folie
    A la folie
    Oui oui oui 
    A la folie
    A la folie

    Dans le suppôt bourgeois
    Si c'est plutôt Versailles
    Qui fait la rébellion
    Rock'n'roll de grands-mères
    Ouais si c'est pas l'époque
    Où rêvent des camarades
    Oh solidaire ami
    Si c'est pas la tendance
    Si l'époque est fashion
    Tous les soirs au charbon
    Quand ça sent la misère
    Moi c'est vrai que j'préfère
    Toujours sur la machine
    Ma petite couturière
    Elle resserre les boulons
    Dire qu'on en vient à regretter
    Le travail à la chaîne
    Pour des pays plus chauds
    Pour des pays moins chers
    Pour des pays plus beaux
    Ouvrière s'est perdue
    Cherche reconversion 
    Le patron a fermé
    Tous les champs de cotons

    Le patron a fermé
    Tous les champs de cotons

    Le patron le patron le patron 

    hé hé....

     


     


    votre commentaire
  •  

     

    La vague - Bradouchka - "La vague bleu marine me donne le mal de mer !"

     

     

     

     

     

     

    Bradouchka est un artiste aux multiples talents, chanteur, imitateur et parodiste. Résolument engagé sur différents thèmes. Il s’est fait connaître en 2010 grâce à une chanson défendant les ouvriers Renault de Sandouville (vous pouvez retrouver ce titre sur ce lien : http://www.bradouchka.com/pages/sandouville/).

     

    En 2013 il sort un nouvel album « Restons calmes » dans le lequel le titre « La vague » s’attaque à la vague …bleu Marine.

    « La nouvelle égérie de la haine ordinaire, la vague bleu Marine me donne … le mal de mer ! »

    Site officiel de Bradouchka : http://www.bradouchka.com/

    Ecoute complète de l’album « Restons calmes » sur Deezer : http://www.deezer.com/fr/album/6694494

     

     Vidéo avec paroles :

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Calavera - Chanson noire du capitalisme

     

     

     

     

     

     

    J'avoue que je ne connaissais pas ce rappeur ... Peut être des spécialistes pourront m'éclaireront sur son sujet !! 

    Chanson noire du capitalisme est un extrait de l'album "L'humanité combat" (2003).

    Vous pouvez retrouver d'autres titres grâce à ce lien : http://www.masquepalabras.org/calavera/

     

    Des paroles :

    (...)

    Les autres s'intéressent à l'homme, lui s'occupe de la marchandise

    L'humanité est dans le capitalisme comme un poisson dans l'air

    (...)

    Capitalisme le pire assassin de masse de l'histoire

    Mais un assassin sans visage ni code génétique

    Et qui opère impunément depuis des siècles

    (...)

    Mains décharnées des peuples condamnés à rembourser

    Les intérêts d'une dette dont les dirigeants marionnettes 

    Ont volé le capital ...

    (...)

     

     


    votre commentaire
  •  

    Nouvel album de Kery James (sorti en mai 2013) : Dernier MC

    Site officiel de Kery James : http://www.keryjames.com/dernier-mc/

    Toujours des textes aussi percutants, avec une certaine poésie en plus pour certains. On retiendra de belles charges contre les médias et leur volonté de manipuler et de diviser les français. Il s'appuie essentiellement sur la défense des musulmans mais on pourrait appliquer son discours à plein d'autres sujets (politiques, économiques, sociétaux, sociaux...).

    "Vent d'Etat" en est une parfaite illustration !!

     En live : 

     Paroles : 

     

    Ils nous maintiennent dans la peur
    Ils nous maintiennent dans le stress
    Les uns contres les autres, ils nous dressent
    Je ne prétends pas être une lumière mais je suis trop intelligent
    Pour accepter qu'ils fassent de moi un raciste anti-blanc
    Ils essayent de diviser, j'essaye de construire des ponts
    Et je n’arrêterai de penser que la cervelle remplie de plombs
    Si je fais du rap français c'est pour contrecarrer leurs plans
    Si aux échecs je dois jouer, ce ne sera jamais pour être un pion
    J'écris des textes explosifs et je n'ai pas besoin de bombes
    Si la France a un défi, il s'nomme "savoir et vivre ensemble"
    Les noirs et les arabes contre les Français de souche
    C'est le rêve des fauteurs de troubles qui n'ont que des mensonges à la bouche
    La pilule est trop grosse je n'arrive pas à l'avaler
    Je sais que l'ordonnance est fausse, le médecin veut m'anesthésier
    Je suis un soldat qui choisit
    A quel moment il se tait, à quel moment il se bat
    Contre qui
    Et pourquoi
    Donc j'serai toujours mal à l'aise face aux médias et la presse
    Comme un alter-mondialiste faisant face à un CRS
    Toujours les mêmes qu'ils protègent, toujours les mêmes qu'ils blessent
    Comment peuvent-ils prétendre être libre, le cou attaché à une laisse
    Le système prend des décisions, les médias s'empressent
    D'influencer l'opinion afin que le peuple acquiesce
    Vers le choc des civilisations, les médias nous pressent
    La troisième guerre à l'horizon n'est plus une menace mais une promesse

    [Refrain: Kery James]
    J'accuse les médias d'être au service du pouvoir
    De propager l'ignorance et de maquiller le savoir
    Pour ne pas l'voir il faut être stupide, ou alors il faut l'vouloir
    J'refuse de croire un agent cupide chargé d'travestir l'histoire
    Vent d'État, les médias véhiculent des mensonges d'État !
    [Pétrole, pouvoir, coup d'État, vent d'état
    Propagande, manipulation, désinformation, vent d'état] X2

    [Couplet 2: Kery James]
    Les médias n'se contentent plus de cacher l'information
    Ils sont carrément passés maîtres dans la désinformation

     

    Au service du crime car au service de l’oppression

    Il font passer pour une victime celui qui commet l’agression
    Entre les médias et le pouvoir, je n'parle plus de relation
    J'dis qu'les médias sont le pouvoir, je parle plutôt de fusion
    Plusieurs angles d'attaque pour défendre la même vision
    Leur prétendu clivage gauche-droite c'est du bluff, de l'illusion
    Une pensée unique, une seule liberté d'expression
    C'est le ballet-folklorique des salariés indépendants
    Y'a-t-il des journalistes intègres qui ont le courage de dire "Non !" ?
    Dis-moi qui tu protèges, j'te dirai qui paye l'addition
    L'Irak n'a jamais possédé les dites armes de destruction
    Mais on peut tout justifier avec l'arme d'abrutissement
    La vérité n'a plus pied dans l'océan des confusions
    Plus le mensonge est osé, plus il convainc l'ignorant
    J'accuse les médias français de diviser la Nation
    De diviser la Nation entre les gentils et les méchants
    Tout l'monde l'aura compris : pour vous le méchant c'est le Musulman
    Et le coupable désigné de la crise que nous connaissons
    Les médias pyromanes nous poussent vers l'auto-destruction
     

    En opposant le peuple, ils espèrent la collision
    Manipulent nos sentiments, jouent de nos appréhensions

     

    Tu veux reprendre ta liberté : éteins ta télévision

     

    Ils nous amènent vers une guerre civile et le font consciemment
    Ils sont payés pour nous asservir, ils le font indécemment

     

    Commerce du blasphème et de la provocation
    Mais quand tout le monde attaque les mêmes : où est donc la subversion ?

     


    votre commentaire
  • Zebda - Une vie de moins - Paroles et vidéo clip officiel.

     

     

     

     

     

     

    Très beau titre de Zebda avec un texte écrit par Jean Pierre Filiu à propos du conflit Israélo-Palestinien. Conflit qui n'a que trop duré ... Mais qu'attends la communauté internationale pour le régler???!!!!

    Pour l'instant de nouveaux morts, de nouvelles atrocités ... et ce cri d'un enfant Palestinien évoqué dans cette chanson.

    Un beau texte. Une polémique pourtant ... voir article du monde diplomatique : Une chanson pour Gaza : le Crif pour la censure ?

     Vidéo clip officiel :

     

    Paroles :

     

    "Je suis né dans un pays qui n’existe pas,

     

    Je suis né sur une terre qui n’est plus à moi,

     

    Une terre occupée, une terre piétinée,

     

    Une terre autonome sur le papier,

     

    Je suis né sous les You-Yous et les cris de joie,

     

    Je suis né après bien d’autres dans le camp trop étroit,

     

    La mer était ma frontière, mon sanctuaire,

     

    Pour oublier les colons et le blocus et la misère,

     

    J’ai grandi bercé au son des récits de l’exil,

     

    J’ai grandi au creux des vies suspendues à un fil,

     

    Le fil d’un espoir tenace dans l’impasse,

     

    Un jour oui la tête haute nous aurons notre place,

     

    Nous aurons notre place, nous aurons notre place.

     

     

     

    J’ai grandi trop, trop, vite entre deuil et oubli,

     

    J’ai grandi en tutoyant l’horizon infini,

     

    Le sable chaud sous mes pas me portait vers l’au delà,

     

    Je serai si grand si fort, on ne verra que moi,

     

    J’ai vécu à Gaza sans jamais en sortir,

     

    J’ai vécu de jours en jours sans remords ni soupir,

     

    Malgré les barbelés le couvre feu les blindés,

     

    J’ai chéri au fond de moi le rêve d’en échapper,

     

    Le rêve d’en échapper, le rêve d’en échapper.

     

     

     

    J’ai vécu les vagues humaines de l’intifada,

     

    J’ai vécu cortèges et grèves drapeaux à bout de bras,

     

    Nous chantions à pleins poumons notre passion,

     

    Tandis qu’au dessus de nous paradaient leurs avions,

     

    Je suis mort, a-t-on menti, d’une balle perdue,

     

    Je suis mort assassiné par un homme inconnu,

     

    Qui croyait faire son devoir en tirant dans le brouillard,

     

    Sur des ombres ennemies aux armes dérisoires,

     

    Je suis mort comme milles autres, mille après mille avant,

     

    Je suis mort un soir d’automne, un soir de ramadan,

     

    Mais je ne voulais que vivre, vivre libre,

     

    Je ne voulais qu’être libre, je ne voulais qu’être libre,

     

    Je ne voulais qu’être libre !!"

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Après quelques mois de pause, il est temps de faire revivre un peu ce blog !

    Et qui pouvait me redonner envie de republier ici? Celle qui un jour m'a donné envie de publier ici et ailleurs quelques éléments de réflexion ... Keny Arkana !

    Un nouveau titre "Gens pressés" qui annonce un futur album (novembre 2012).

    Toujours excellente la petite Keny ... Je l'adore !

    Dans ce titre certains y verront une adaptation du mythe de la caverne, d'autres des influences de Orwell ou de "Matrix" ... C'est dans tous les cas encore une fois dans les textes de Keny Arkana la dénonciation du "Système" actuel. On peut ne pas être d'accord avec ses propositions, mais comment ne pas partager son diagnostic?

     

     

    Paroles :

    Hello, hello planète terre, planète en détresse
    petit homme surmené au milieu d'SOS
    petit homme n'entend plus même son propre mal-être
    il court pour oublier qu'il s'est oublié dans le paraître ...

    Hello, hello gens pressés, les nerfs à l'envers
    qui prônent un royaume qui ressemble à l'enfer
    prêts à mourir pour défendre la cage

    qui a tué nos âmes et tout ce qu'elles renferment
    couleurs d'usines, ou barreaux en fer
    horizon de barrières, là où d’autres murs nous encerclent
    sombre mise en scène, dire qu'ils pensèrent
    effacer l'ensemble de la sagesse ancienne
    aujourd'hui sans repère, civilisation de vices et de gangsters
    vent d'indignation venu de la planète entière
    fils de l'aberration que les siècles étranglèrent
    brise tes chaînes !
    soit le gardien de ton frère
    incarne dignement ce que le ciel t'a offert
    en plein chamboulement, électrique atmosphère
    Babylone s'écroule quand on agit par nous-mêmes
    alors brise tes chaînes !

    refrain :
    Hello, hello gens pressés, la tête dans l'assiette !
    une vie entière à regarder par la fenêtre
    à rêver en silence d'une autre vie, d'un autre soi
    alors l'oubli de soi fera l'affaire
    mais dans l'esprit tout les soirs sera de la fête
    l'angoisse et les cris étouffés par le paraître
    des nœuds dans la tête, les poignets liés héritiers du mal-être
    brise tes chaînes !

    Ecoute le souffle de l'âme, les foules n'ont pas raison
    troupeaux et fous de drames ne se posent pas de questions
    ici y’a tout de grave
    champs de plaies, de lésions, sur le macadam
    les cœurs se fanent car l'atmosphère est sous pression

    Hello, hello gens pressés sans inhibition
    qui marchent dans la nuit dans l'oubli de qui ils sont
    la loi du bifton a tué l'enfant, l'a dupé pour aduler la grande division
    les gens se détestent, malédiction
    les gens se dépêchent sans savoir où ils vont
    angoisse et stress, poisse, détresse
    l'esprit carré comme une télévision
    humains qu'on délaisse, pays riche et ses champs d'sdf
    légitime on se bat on se lève
    véridique chez jeunesse y’a plus une once de rêve, tous trahis on se crève
    en secret on s'aime, on se haït on saigne
    si on faillit on serre, on crève si on cède
    rien n'est facile, on sait, la vie vouée à triompher
    alors brise tes chaînes !

    refrain

    Hello, hello gens pressés, délaissés de l'histoire
    qui s'interdit de croire en sa propre victoire
    tête baissée pour ne plus voir le futur,

    pour ne plus voir l'usure dans son propre miroir,
    dérisoire rêve de vitrine, victime
    tuerait pour la gloire, attiré par ce qui brille
    ne pensant qu'à avoir, prétendant tout savoir
    désabusé à force de croire tout ce qu'ils disent
    sur le banc des accusés : insoumission
    qu'on veut morte ou derrière des barreaux de prison
    digne héritière étriquée aux éclats de vérité
    mutilée par bien trop d'oppressions, arbitraire horizon
    chacun ses schémas, son vécu, ses raisons
    inertie totale, infectées les plaies le sont
    sclérosées par des milliers de questions et les angoisses qu'elles t'amènent
    vas-y sauve toi de toi-même !

    refrain

     


    votre commentaire
  • Toute mon vie - HK & les Saltimbanks - Vidéo clip officiel 

     

     

     

     

     

     On lâche rien aura été, et sera encore, un hymne des luttes ! Un nouvel album des HK & les Saltimbanks est sorti en mai 2012 "Les temps modernes". Un premier extrait "Toute mon vie" !

    "Toute mon vie ... j'ai travaillé / Zordi Kossa moi la gagné / Toute mon vie j'ai travaillé / Demain peut être mi va aller ... "

     Un clip avec de vrais salariés ...et un Xavier Mathieu en patron ! sourires. 

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Dimanche, votons Mélenchon !

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires