• Meeting de clôture de la campagne  du permier tour à Paris le 19 avril 2012








    Jeudi 19 avril 2012, discours de Jean-Luc Mélenchon au grand meeting Front de Gauche au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris devant 60 000 personnes.



    Merci à Jean Luc et à tous les membres du front du gauche pour cette belle campagne unitaire et porteuse d'espoirs !



    1 commentaire
  • Meeting de Jean Luc Mélenchon à Marseille au Prado le 14 avril 2012







    Samedi 14 avril 2012, le Front de gauche était en déplacement à Marseille pour y organiser une nouvelle réplique de la prise de la Bastille. Succès total pour le Front de gauche, puisque plus de 100.000 personnes se sont mobilisées sur la plage du Prado, à Marseille.


    A retrouver sur : Placeaupeuple2012


    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    Après la place de la Bastille et la place du Capitole à Toulouse, troisième vague de l’insurrection citoyenne sur les plages du Prado à Marseille. Plus de 100 000 personnes sont venues demander la 6e république !
    Prochain rendez-vous le 22 avril 2012 dans les urnes. Prenez le pouvoir !

     

     

    A retrouver sur : Placeaupeuple2012


    1 commentaire
  • Tout le monde ment - Massilia Sound System - Vidéo et paroles

     

     

     

     

     

     

     

    Un classique de nos manifestations, il est vrai qu'on peut difficilement mieux faire comme message : "Tout le monde ment, tout le monde ment, le gouvernement ment énormément !"

    Extrait de l'album 3968 CR 13 (2000).

     

     Vidéo :

     


    Massilia sound system - tout le monde ment

     

    Paroles complètes :

     

    Tout le monde ment,
    Tout le monde ment,
    Le gouvernement
    Ment énormément !

    Le physique ment, le mental ment,
    Le vulgaire ment et le poli ment,
    Le béat te ment et le triste ment
    Et le sage ment et l'idiot te ment.
    Oui, l'idiot te ment et le censé ment,
    L'illogique ment et le carré ment,
    La cruelle ment et la bonne ment,
    Y a que ma maman qui ment rarement.

    Le sauvage ment et le paisible ment,
    Le social ment et l'isolé ment,
    L'unanime ment et l'à part te ment,
    Si le zélé ment, l'illégal ment.
    L'illégal ment, le pénal ment,
    Oui, le châtiment immédiat te ment,
    Et le juge ment et l'amende ment.
    Et le garnement ment certainement.

    Le docile ment, l'affranchi se ment,
    Le laïc ment, le dévot te ment,
    L'éternel ment mais le diable ment,
    Oui, assurément, cet enfer me ment.
    C'est l'enfermement, le réel ment,
    Le troisième ment, la deuxième ment,
    Sur l'événement la première ment,
    C'est du boniment continuellement.

    Si la vache ment alors le pis ment
    Et si le pis ment alors le lait ment,
    Bien sur la jument et le caïman,
    Dans l'eau, le sar ment, le chevesne ment,
    Le Chevènement et l'Allègre ment
    Et la droite ment et l'extrême ment,
    Politiquement l'investi se ment
    Et le Parlement ment communément.

    Le terrible ment et le gentil ment,
    Le brutal ment et le doux se ment,
    Le tranquille ment, le féroce ment,
    L'héroïque ment, l'ordinaire ment.
    Ordinairement, bien sûr l'arme ment
    Et, au régiment, le général ment,
    Le stupide ment, pas de traitement,
    Le médical ment, y a pas de calmant.


    1 commentaire
  • Lo grand tramblament - Massilia sound system









    Extrait de l'album  " Òai e Libertat" (2007)

    "Ô vous patrons et financiers qui grimpez aux échelles,
    Vous qui montez et démontez, encaissant à la pelle,
    Vous gérez nos vies d’une main et on tient la truelle,
    De l’autre vous misez en bourse et partez aux Seychelles,
    Quand dans le pays résonne le courroux des précaires ;
    Tous vos profits font écho à nos découverts bancaires,
    Un sentiment de fatalité lié à la galère,
    Vivement qu’un de ces quatre matins déboule,
    Lo grand tramblament."

     
     
    Le site officiel : Massilia
     
    Une vidéo live :
     
     
    Les paroles complètes :

    LO GRAND TRAMBLAMENT

    Moro, ti donon trenta sòus,
    Quand vas debarcar de matiera,
    Lei mestres de ta saboniera
    Que t’an de lois lei plens pairòus.
    Encar ti duves creire uròs
    Se ti ronhon pas la jornada !
    Lei traitres, emé son tetar-doç,
    Ti l’empunhon sensa pomada,
    Sensa pomada !

    (Traduction)
    Maure, ils te donnent trente sous,
    Quand tu vas débarquer de la soude
    Les maîtres de ta savonnière
    Qui ont des louis plein leurs chaudrons.
    Encore tu dois t'estimer heureux
    S'ils ne te rognent pas sur ta journée!
    Les traîtres, avec leur ton mielleux,
    Te l'enfoncent sans pommade,
    Sans pommade !

    M’es de latin, ieu, son babot :
    Mon engien de lònga li clava ;
    E sovent pensi : qunei cavas !
    Jamai ajustar lei doei bots !
    Aqueu trafic pòu plus durar :
    Fau que sange vò que tot pete !
    Lo tròn de Dieu lei va curar ;
    Gara ! Que Moro si li mete ;
    Voei, si li mete !

    (Traduction)
    C’est pour moi du latin, leur blabla :
    Mon esprit constamment s’y perd ;
    Et souvent je pense : quelle histoire !
    Ne jamais joindre les deux bouts !
    Ce trafic ne peut plus durer :
    Il faut que ça change, ou que tout pète !
    Le tonnerre de Dieu va les creuser ;
    Gare ! Que Maure s’y mette ;
    Oui, il s’y met !

    Ô vous les grands politiciens qui trustez les antennes,
    Vous qui menez la grande course au galop dans la plaine,
    Vous tenez nos vies d’une main et il faut qu’on la ferme,
    De l’autre vous purgez nos bourses et les vôtres sont pleines,
    Joindre les deux bouts est devenu un vrai casse-tête,
    Combien de familles d’ouvriers croulent sous les dettes,
    Combien de papets sont dans la misère à la retraite,
    Vivement qu’un de ces quatre matins déboule,
    Lo grand tramblament.

    Se jusqu’ara ai agut, rascàs,
    La fava sensa joissuras,
    Qu’au mens doni ma mordidura
    Sus lo roiaume dei richàs !
    Ieu siáu juste, pas tot per un !
    Es nautrei que lauram la rega,
    Puei apanaus e comolum,
    V’arrapatz tot ! D’aise colega !
    D’aise colega !

    (Traduction)
    Si jusqu’à cette heure j’ai eu, teigneux,
    La guigne sans jouissances,
    Qu’au moins je donne mon coup de dent
    Sur le gâteau des rois des richards !
    Moi, je suis juste : pas tout pour un !
    C’est nous qui creusons le sillon,
    Puis, boisseau et mesures combles,
    Vous empoignez tout ! Doucement, les gars !
    Doucement, les gars !

    Ô vous patrons et financiers qui grimpez aux échelles,
    Vous qui montez et démontez, encaissant à la pelle,
    Vous gérez nos vies d’une main et on tient la truelle,
    De l’autre vous misez en bourse et partez aux Seychelles,
    Quand dans le pays résonne le courroux des précaires ;
    Tous vos profits font écho à nos découverts bancaires,
    Un sentiment de fatalité lié à la galère,
    Vivement qu’un de ces quatre matins déboule,
    Lo grand tramblament.

    Cu n’a ne’n mete : aquí la lei !
    La trompetarem dins la França
    En esparpalhant la finança,
    Porrà pitar, lo pichon peis.
    Se París si vòu pas clinar
    L’a lei pegons dei jorns de festa ;
    Se Marsilha vòu reguinar,
    Brulam lo pòrt, e copa testas !
    E copa testas !

    (Traduction)
    Qui en a en mette ! Voilà la loi !
    Nous la trompetterons dans la France !
    En éparpillant la finance,
    Il pourra mordre, le petit poisson.
    Si Paris ne veut pas s’incliner
    Il y a les torches des jours de fêtes ;
    Si Marseille veut rechigner,
    Nous brûlons le port, et coupe têtes !
    Et coupe têtes !

    Fòra ! Lo sang que nos resta a lo bòlh !
    Fòra ! Sangsucs, qu’avètz la gòrja plena !
    Fòra ! Bochiers, gras de nòstra codena !
    Fòra ! A son torn lo bestiau pren lo foeit !

    (Traduction)
    Dehors ! Le sang qui nous reste bouillonne !
    Dehors ! Sangsues, qui avez la gorge pleine !
    Dehors ! Bouchers, gras de notre couenne !
    Dehors ! À son tour le bétail prend le fouet !

     
     



    1 commentaire
  • Resistance - Les Sarkofiottes

     

     

     

     

     

     

     

    Tout est dit dans le titre !

     

    Un extrait du deuxième album "En vers et contre tout" (2009) du groupe "Les Sarkofiotes" en écoute libre sur leur site : link

     

     


    1 commentaire
  •  La sécurité de l'emploi - Les Fatals Picards - Vidéo et paroles

     

     

     

     

     

     

    Un des tubes du groupe "Les Fatals Picards", extrait de leur album "Pamplemousse mécanique" (2007). "La sécurité de l'emploi" est souvent l'argument qu'on nous sert pour nous expliquer qu'on a de la chance d'être fonctionnaire ... Sauf que ce sont des milliers d'emplois qui disparaissent chaque année dans la fonction publique, et le service public qui part avec, petit à petit ... Et un projet de réforme du statut des fonctionnaires qui risque encore d'aggraver la chose ...

     

    Le site officiel du groupe : Les Fatals Picards

     

     Une vidéo (montage avec paroles) :

     

     

    Le son deezer :

     

    1 commentaire
  • Mon père était tellement de gauche - Les Fatals Picards - Vidéo live

     

     

     

     

     

     

     

    Dédicace spéciale pour mes enfants ... "Mon père était tellement de gauche" ... 

    Extrait de leur album "Le sens de la gravité" (2009). Une chanson en mettre en parallèle avec "Rue Roger Salengo" de Juliette ( Rue Roger Salengro - Juliette - Vidéo et paroles ) !

     


    live"mon père était tellement de gauche"

     


    1 commentaire
  • Le combat ordinaire - Les Fatals Picards - Vidéo et paroles

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Le sens de la gravité", album 2009 des Fatals Picards. Des services publics détruits sans plus aucune retenue, un mépris total des gens dans les rues, mais nous continuons de résister en menant des combats devenus ... trop ordinaires, mais nécessaires !

     

    Site officiel du groupe : link

     

    Paroles :

     

    Le Combat Ordinaire

     
    Huit heures par jour vissé à ma machine
    Une vie transparente soudée à mon usine
    La casquette de travers, j'avais la classe ouvrière
    C'était toute ma vie, mon droit à la misère

    Jusqu'à cette lettre qui dit encore merci
    C'est ça ou RMI dans un faubourg de Varsovie
    J'ai rien contre la Pologne à part peut-être un pape ou deux
    Mais dans ma ville du nord le gris du décor est plus bleu

    Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
    Je vais piquet de grève comme on pique une colère
    Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
    Pour que continue le combat ordinaire

    Si mon vieux me voyait il serait fier de moi
    Lui qui était communiste comme on porte une croix
    S'il existe un Dieu pour les mineurs syndicalistes
    J'espère qu'au paradis les anges sont un peu marxistes

    Chez nous le chômage fait partie de la famille
    Comme l'amiante, l'oubli, la silicose et les terrils
    Quantités négligeables dont la vie ne tient qu'à un fil
    Certains soignent la peur du vide à coup de 21 avril

    Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
    Je vais piquet de grève comme on pique une colère
    Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
    Pour que continue le combat ordinaire

    Moi je sais planter des clous
    Moi je sais rester debout
    Moi je sais souder à l'arc
    Et moi je n'ai jamais le trac
    Et moi je sais la peur du vide
    Moi je n'ai pas pris une ride
    Moi je sais toucher le fond
    Et j'ai du charbon sur mon front
    Et moi je sais lever le poing
    Moi je n'oublie jamais rien
    Moi je sais rester humain
    Je sais toujours d'où je viens
    Et moi j'ai le sens du combat
    Moi j'ai des cals sous mes doigts
    Moi j'ai toujours mes mains d'or
    Moi je voudrai vivre encore
    Et moi j'ai plus des 50 piges
    Moi je n'ai jamais l'vertige
    Moi je sais rester de glace
    Devant le temps qui m'efface

    Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
    Je vais piquet de grève comme on pique une colère
    Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
    Pour que continue le combat ordinaire.

     

    La vidéo (mise en image) :

     


    1 commentaire