• J'aime pas Noël - Cabadzi - Vidéo clip officiel

     

     

     

     

     

     

     

    Attention petite merveille de premier album ! "Digère et recrache" de Cabadzi (2012) est à découvrir d'urgence en intégralité !

    Un extrait : "J'aime pas Noël" (clip officiel) :

    Son expace musical : Cabadzi

     

    L'album en écoute libre sous Deezer : Digère et recrache


    Lu sur le site de  France Inter : Découverte du printemps de Bourges 2010, Cabadzi groupe musical d’origine nantaise, est composé de Jonathan Bauer (cuivres, guitare), Victorien Bitaudeau (beatbox) Lucie Gerbet (chant), Camille Momper (voix et violoncelle) sans oubier Olivier Garnier pour le slam et l'écriture. Ce groupe s’est formé  à partir des arts de la rue et interprète la violence sociale de notre époque. Issu du cirque façon cabaret bizarre, le groupe par son rap et slam bousculent les gens, les traditions et les idées toutes faites.

     


    9 commentaires
  • Lachons les ! Cabadzi (album "Digère et recrache") - Vidéo clip officiel

     

     

     

     

     

     

    Attention petite merveille de premier album ! "Digère et recrache" de Cabadzi (2012) est à découvrir d'urgence en intégralité !

    Un extrait : "Lâchons les ! " (clip officiel) :

    Son expace musical : Cabadzi

     

    L'album en écoute libre sous Deezer : Digère et recrache


    Lu sur le site de  France Inter : Découverte du printemps de Bourges 2010, Cabadzi groupe musical d’origine nantaise, est composé de Jonathan Bauer (cuivres, guitare), Victorien Bitaudeau (beatbox) Lucie Gerbet (chant), Camille Momper (voix et violoncelle) sans oubier Olivier Garnier pour le slam et l'écriture. Ce groupe s’est formé  à partir des arts de la rue et interprète la violence sociale de notre époque. Issu du cirque façon cabaret bizarre, le groupe par son rap et slam bousculent les gens, les traditions et les idées toutes faites.

     


    votre commentaire
  • Les Têtes Raides : l'iditenté (Vous avez dit identité nationale?)

     

     

     

     

     

     

    Extrait de l'album "Gratte Poil" (2000) : "L'iditenté" , a propos des débats sur l'identité nationale ...


     

    Version live avec Noir Désir :

    Le son (version originale) :

     
     
    Paroles :
     

    Les clans des rues, les clandestins
    Les cris des chiens hurlent à la ronde
    J'suis pas inscrit sur la mappemonde.

    Y'a pas de pays pour les vauriens, les poètes et les baladins,
    Y'a pas de pays, si tu le veux, prends le mien.

    Que Paris est beau quand chantent les oiseaux,
    Que  Paris est laid quand il se croît français.

    Avec ces sans-papi’rs qui vont bientôt r'partir,

    Vers leur pays, les chiens,
    On a tout pris chez eux, y'a plus rien.
    Leur rétention en cale de fond
    J'en ai même oublié mon ombre,
    Je m'promène moins dans vos décombres,
    On m'a donné un bout de rien j'en ai fait cent mille chemins,
    J'en ai fait cent, j'en ai fait un.
    Un chemin de l'identité ni des tentés ni des titans,
    L'itendidé, à la ronde.
    Et dans ce flot d'univériens j'aurai plus de nom j'aurai plus rien,
    Dis moi c'est quand, dis moi c'est quand, que tu reviens.

    Que Paris est beau quand chantent les oiseaux,
    Que Paris est laid quand il se croît français.

    Avec tous ces champs de tir et tous ces fous du tir,
    Y visent pas que les lapins, c'est plus du gros sel c'est des :
    Tomahawk, des missiles sol-air, ou des Scuds
    Et moi avec mon pistolet à bouchons, je pars au front.

    Paris sera beau, on chantera les oiseaux,
    Paris sera beau, si les oiseaux,
    Paris sera beau, car les oiseaux,
    Allez, Paris sera beau.
     

     


    votre commentaire
  • Une vision de la France - Pardon Madjid - Les Ogres de Barback

     

     

     

     

     

     

    Un extrait de l'album "Du simple au néant" des Ogres de Barback (2007).

    Des soucis de la France avec son histoire coloniale et le racisme ...  (avec la participation de Magyd Serfi)




    Paroles :

    Pardon Madjid ! c'était un peu ma faute,
    la faute à cette France qui fit leur ignorance,
    pardon Madjid ! c'est le bruit c'est l'odeur
    c'est le plomb c'est le beurre et c'est leurs différences,
    ils t'ont montré du doigt,
    ils t'ont parlé un peu,
    pour te dire que chez toi,
    ce n'était pas chez eux.
    Mais les hommes sont ainsi,
    et leurs femmes trop souvent,
    ont le même raccourci,
    qui finit dans le sang.

    Pardon mon frère
    je n'ai pas su leur dire,
    ils n'ont rien compris
    la haine a fait le reste,
    pardon mon frère la mémoire sélective,
    mélange les histoires sans oublier la peste

    On choisit la colère
    on oublie la raison,
    pour un bouc émissaire,
    soixante million de cons,
    c'est le tout national
    qui se trompe d'humeur,
    l'égalité a mal la fraternité pleure.


    Pardon Madjid ! n'essaie plus de comprendre
    et si tu prend les armes, évite de répandre
    leur sang nauséabond qui polluerait la terre
    et changerait pour de bon notre vie en enfer.

    Mes amis ça n'a rien d'une sinécure
    et c'est la guerre par un beau matin,
    le jour où on te jette à la figure
    « les autres non mais toi on t'aime bien »

    Comment voulez vous que je garde un sourire
    quand en chacun de nous elle sommeille
    cette bête immonde qui ose leur dire
    « les autres non mais toi c'est pas pareil »

    Pardon mon frère j'imagine souvent
    cette histoire à l'envers sur un air amusant,
    aux portes du désert tous ces blancs migrants
    dis Madjid hé tes frères
    seraient plus accueillants,

    Imaginez, nos frères seraient plus accueillants ...

    Imaginez, nos frères seraient plus accueillants ...


    votre commentaire
  • Touche pas à mon école - Les ogres de Barback - vidéo et paroles







     

    "Touche pas à mon école" du groupe "Les Ogres de Barback" extrait de leur album "Pitt Ocha au Pays des Mille Collines"  (2009).

     

    Leur site officiel : link

     

    Paroles :

     

    Petite sœur il est quelle heure ? je t'écoute.
    Il est midi, c'est l'heure du casse-croûte.

    J'ai une envie irrésistible de manger des araignées, des puces des poux bien épicés, une horde de scarabée, avec du beurre . Enfin bref des horreurs!

    Mais s'il continue à toucher à mon école
    Le président à la casserole .

    Petite sœur il est quelle heure , dis le moi vite.
    Il est midi allume le feu sous la marmite.
    J'ai cuisiné un fricassé de bras cassé doré à souhait, un plat de truc dégoulinant, très délicat à digérer, des asticots, des raviolis, des gros gugus un peu cramés, brûlants, bouillants. Enfin bref dégoûtant !

    Mais s'il continue à toucher à mon école
    Le président à la casserole .

    Mais s'il continue à toucher à notre école
    Le président à la casserole .

    Quelle heure est-il , j'ai le ventre qui m'appelle.
    Il est midi j'ai fait chauffer les gamelles.

    On va goûter un velouté de vieux ministres avinés et relevés à l'Élysée et de quelques lois à la noix , un pot au feu de députés et un patron qui pue des pieds et le fromage . Enfin bref bon Courage !

    Mais s'il continue à toucher à mon école
    Le président à la casserole .

    Oui, s'il continue à toucher à notre école
    Le président à la casserole .

    Nous on veut pas être tassés au fond des classes.
    Quelle heure est-il j'ai le ventre qui grimace , qui gargouille , qui crie fort , qui fait la grève et qui se tord .
    J'ai l'estomac qui crie famine!
    Mon école qui tombe en ruine!
    Mes entrailles qui me tiraillent , et mon pull qui dégouline.

    On est des marmots qu'ont les cros.
    Des lardons qui ont les jetons
    Des gamins dans le pétrin.
    Des mouflets très inquiets.

    Et c'est la fin des haricots
    Et c'est la fin des haricots
    C'est la fin des haricots
    J'ai les boules , j'ai les glandes
    C'est du sel de gamin
    C'est la fin des haricots
    J'en ai gros sur la patate
    Achète un costard Cravate
    C'est la fin des haricots
    C'est la fin des haricots

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Episode 14 - En marche : Duel








    Dans cet épisode, Jean-Luc Mélenchon se rend à Grenoble, dans le quartier populaire de la Villeneuve. Il participe à une réunion publique sur l’éducation. Nous retrouvons ensuite le candidat du Front de Gauche à Paris lors de la manifestation de soutien au peuple grec. L’épisode se termine sur les coulisses du face à face avec Marine Le Pen dans l’émission Des paroles et des actes sur France 2.




    votre commentaire
  • Episode 13 - Web série Mélenchon - En marche : L'affiche






    Passage obligé dans une campagne présidentielle: l’affiche officielle. Jean-Luc Mélenchon ne déroge pas à la règle et se prête même au jeu. Sous l’œil attentif de son directeur de la communication, nous suivons toutes les étapes, du shooting à l’imprimerie, en passant par la conception de cette affiche, qui va fleurir sur tous les murs de France.



    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Lettre à la République - Kery James - Vidéo clip et paroles

     

     

     

     

     

     

    "Lettre à la République" est le premier extrait de l'album "92.2012" de Kery James.

    Kery James est toujours aussi percutant ! Colonisation, immigration, intégration ... Laïcité et communautarisme ... Islamophobie et xénophobie ...  A écouter et à méditer.

     

     

    Paroles :

     

    A tous ces racistes à la tolérance hypocrite

    Qui ont bâti leur nation sur le sang

    Maintenant s’érigent en donneurs de leçons

    Pilleurs de richesses, tueurs d’africains,

    Colonisateurs, tortionnaires d’algériens

    Ce passé colonial, c’est le votre

    C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la notre

    Maintenant vous devez assumer

    L’odeur du sang vous poursuit même si vous vous parfumez

    Nous les arabes et les noirs, on n’est pas là par hasard

    Toute arrivée à son départ ...

     
      Vous avez souhaité l’immigration

     Grâce à elle vous vous êtes gavés jusqu’à l’indigestion

     Je crois que le France n’a jamais fait la charité

    Les immigrés ce n’est que la main d’œuvre bon marché

    Gardez pour vous votre illusion républicaine

    De la douce France bafouée par l’immigration africaine

    Demandez aux tirailleurs sénégalais et aux harkis

    Qui a profité de qui ?

    La république n’est innocente que dans vos songes

    Et vous n’avez les mains blanches que dans vos mensonges

    Nous les arabes et les noirs, On n’est pas là par hasard

    Toute arrivée à son départ ...

      
    Mais pensiez-vous qu’avec le temps

    Les négros muteraient et finiraient par devenir blancs

    Mais la nature humaine a balayé vos projets

    On ne s’intègre pas dans le rejet

    On ne s’intègre pas dans les ghettos français

    Parqués, entre immigrés, faut être sensé,

    Comment pointer du doigt le repli communautaire

    Que vous avez initié depuis les bidonvilles de Nanterre

    Pyromanes hypocrites

    Votre mémoire est sélective

    Vous n’êtes pas venus en paix

    Votre histoire est agressive

    Ici, on est mieux que là-bas, on le sait,

    Parce que décoloniser, pour vous, c’est déstabiliser

    Et plus j’observe l’histoire ben moins je me sens redevable

    Je sais ce que c’est d’être noir depuis l’époque du cartable

    Bien que j'n'sois pas ingrat je n’ai pas envie de vous dire merci

    Parce qu’au fond, ce que j’ai, ici, je l’ai conquis,

    J’ai grandi à Orly dans les favellas de France

    J’ai fleuri dans les maquis

    Je suis en guerre depuis mon enfance

    Narco trafic, braquages, violence, crimes

    Que font mes frères si ce n’est

    Des sous comme dans Clearstream

    Qui peut leur faire la leçon, vous ?

    Abuseurs de biens sociaux, détourneurs de fonds

    De vrais voyous en costard, bandes d’hypocrites

    Est-ce que les français ont les dirigeants qu’ils méritent

    Au cœur des débats, des débats sans cœur

    Toujours les mêmes qu’on pointe du doigt

    Dans votre France des rancœurs

    En pleine crise économique il faut un coupable

    Et c’est en direction des musulmans que tous vos coups partent

    Je n’ai pas peur de l’écrire

    La France est islamophobe

    D’ailleurs plus personne ne se cache

    Dans la France des xénophobes

    Vous nous traitez comme des moins que rien

    Sur vos chaînes publiques

    Et vous attendez de nous

    Qu’on s’écrie « Vive la République »

    Mon respect s'fait violer au pays dit des droits de l’Homme

    Difficile de se sentir français

    Sans le syndrome de Stockholm

    Parce que moi je suis noir, musulman, banlieusard et fier de l’être

    Quand tu me vois

    Tu mets un visage sur ce que l’autre France déteste

    Ce sont les mêmes hypocrites

    Qui nous parlent de diversité

    Qui expriment leur racisme sous couvert de laïcité

    Rêvent d’un français unique

    Avec une seule identité

    S’acharnent à discriminer

    Les mêmes minorités

    Face aux mêmes électeurs

    Les mêmes peurs sont agitées

    On oppose les communautés

    Pour cacher la précarité

    Que personne ne s’étonne

    Si demain ça finit par péter

    Comment aimer un pays

    Qui refuse de nous respecter

    Loin des artistes transparents

    J’écris ce texte comme un miroir

    Que la France se regarde

    Si elle veut s’y voir

    Elle verra s’envoler

    L’illusion qu’elle se fait d’elle-même

    Je ne suis pas en manque d’affection

    Comprends que je n’attends plus qu’elle m'aime

     

     

     

     


    1 commentaire