• Le temps des cerises - Eiffel et Cantat - Noirs désirs - Vidéo - Paroles

     

     

     

     

     

     

     

     

    La version "Bertrant Cantat" de ce grand classique de la chanson "révolutionnaire" française. Accompagné par Eiffel pour cette occasion, "Le temps des cerises" est une évocation de la Commune de Paris".

     

    Vidéo live du concert :

    Paroles :

    Quand nous chanterons le temps des cerises
    Et gai rossignol et merle moqueur
    Seront tous en fête
    Les belles auront la folie en tête
    Et les amoureux du soleil au coeur
    Quand nous chanterons le temps des cerises
    Sifflera bien mieux le merle moqueur
    Mais il est bien court le temps des cerises
    Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
    Des pendants d’oreilles
    Cerises d’amour aux robes pareilles
    Tombant sous la feuille en gouttes de sang
    Mais il est bien court le temps des cerises
    Pendants de corail qu’on cueille en rêvant
    Quand vous en serez au temps des cerises
    Si vous avez peur des chagrins d’amour
    Evitez les belles
    Moi qui ne crains pas les peines cruelles
    Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
    Quand vous en serez au temps des cerises
    Vous aurez aussi des peines d’amour
    J’aimerai toujours le temps des cerises
    C’est de ce temps-là que je garde au coeur
    Une plaie ouverte
    Et Dame Fortune, en m’étant offerte
    Ne saura jamais calmer ma douleur
    J’aimerai toujours le temps des cerises
    Et le souvenir que je garde au coeur. 

    Jean Baptiste Clément

     

     Le son original de la reprise de "Le temps des cerises" par Noir Désir :

     


    1 commentaire
  • Bandiera rossa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le communisme n'est plus vraiment à la mode aujourd'hui. Il fut pourtant (et est encore pour certain) synonyme d'un monde meilleur, où le partage des biens et des richesses est maître ...


    "Bandiera rossa" fait partie de ces chansons "cultes" pour les communistes et d'une façon générale pour tous ceux qui luttent à gauche.

    C'est le plus célèbre des chants révolutionnaires italiens. Il signifie « Drapeau rouge ». La chanson est née au début du XXe siècle et la musique est issue de la fusion de deux chants populaires lombards. Le texte, écrit à l'origine par Carlo Tuzzi en 1908, a subi plusieurs modification au fil des ans. (source wikipédia)

     

    Ici une version plutôt rock de cette chanson :

    Paroles (une version parmi d'autres, nombreuses !):

    Avanti o popolo, alla riscossa,
    Bandiera rossa, bandiera rossa
    Avanti o popolo, alla riscossa,
    Bandiera rossa trionferà.

    Bandiera rossa deve trionfar (ter)
    E viva il comunismo e la libertà.

    Avanti o popolo, alla stazione,
    Rivoluzione, rivoluzione
    Avanti o popolo, alla stazione,
    Rivoluzione trionferà.

    Bandiera rossa deve trionfar (ter)
    E viva il comunismo e la libertà.

    Non più nemici, non più frontiere :
    Sono i confini rosse bandiere.
    O proletari, alla riscossa,
    Bandiera rossa trionferà.

    Bandiera rossa deve trionfar (ter)
    E viva il comunismo e la libertà.

    Bandiera rossa deve trionfar (ter)
    E viva il comunismo e la libertà.

    Paroles (autre version) :

    Avanti o popolo, alla riscossa,
    Bandiera rossa (bis)
    Avanti o popolo, alla riscossa,
    Bandiera rossa trionferà.
    Bandiera rossa la trionferà (ter)
    Evviva il comunismo e la libertà.
    Degli sfruttati l’immensa schiera
    La pura innalzi, rossa bandiera.
    O proletari, alla riscossa
    Bandiera rossa trionferà.
    Bandiera rossa la trionferà (ter)
    Il frutto del lavoro a chi lavora andrà.
    Dai campi al mare, alla miniera,
    All’officina, chi soffre e spera,
    Sia pronto, è l’ora della riscossa.
    Bandiera rossa trionferà.
    Bandiera rossa la trionferà (ter)
    Soltanto il comunismo è vera libertà.
    Non più nemici, non più frontiere :
    Sono i confini rosse bandiere.
    O comunisti, alla riscossa,
    Bandiera rossa trionferà.
    Bandiera rossa la trionferà (ter)
    Evviva Lenin, la pace e la libertà.


    Paroles traduites (de la version ci-dessus) :

    En avant ô peuple, à la révolte,
    Le drapeau rouge (bis)
    En avant ô peuple, à la révolte,
    Le drapeau rouge triomphera.
    Le drapeau rouge triomphera (ter)
    Et vive le communisme et la liberté.
    Des exploités l'immense troupe
    Hisse le rouge drapeau.
    Ô prolétaires, à la révolte
    Le drapeau rouge triomphera.
    Le drapeau rouge triomphera (ter)
    Le fruit du travail à qui travaille ira.
    Des champs à la mer, de la mine,
    Au bureau, qui souffre et espère,
    Qu'il soit prêt, c'est l'heure de la révolte.
    Le drapeau rouge triomphera.
    Le drapeau rouge triomphera (ter)
    Seul le communisme est la vraie liberté.
    Plus d'ennemis, plus de frontières :
    Les drapeaux rouges sont les seules bornes.
    Ô communistes, à la révolte,
    Le drapeau rouge triomphera.
    Le drapeau rouge triomphera (ter)
    Et vive Lénine, la paix et la liberté.

    votre commentaire
  • Vive la commune - 10 rue d'la Madeleine - vidéo

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un groupe français plutôt rock assez sympa.

    Un extrait de leur premier album ("Sur les murs" 2006) : Vive la commune!

     

     

     

    Paroles :

     

    C'est pas pratique de penser librement
    Et devoir braver à tout bout de champs
    Le rouge, de nos utopies tout ça pour bien vivre
    Ou correctement ceux qu'il faut suivre
    Accéler le pas la monnaie de service de la langue des mains
    Plus b'soin d'se taire pour qu'on ne vous écoute pas
    Les multinationales auront le genre humain

    YEAH !

    On va remplir le décor déguiser notre monde
    Avec des mots sucrés tout ça pour plaire au plus grand nombre.
    Ca m'fait marrer comme tout est manièré
    On gueule un peu mais on veut surtout pas se fâcher
    Le cul entre deux chaises c'est la sainte loi du centre
    Ni l'un ni l'autre mais surtout pas ensemble
    Mais surtout pas ensemble

    YEAH !

    C'est pas pratique de penser librement
    Et devoir braver à tout bout de champs
    Vive la commune
    Viva la commune
    Oui mais faut bien vivre
    Ou correctement alors on trouvera bien de quoi remplir
    Nos idées abrégées, nos p'tites vies esseulées
    On finira tant pis à se demander au pire
    Si tout ça n'est pas qu'la triste histoire d'une utopie

    YEAH !


    votre commentaire
  • Jeunesse lève toi!

     

    Une version live  :

     




    "Comme un éclat de rire
    Vient consoler tristesse
    Comme un souffle avenir
    Vient raviver les braises
    Comme un parfum de soufre
    Qui fait naître la flamme
    Jeunesse lève-toi
    Contre la vie qui va qui vient
    Puis qui s'éteint
    Contre l'amour qu'on prend, qu'on tient
    Mais qui tient pas
    Contre la trace qui s'efface
    Au derrière de soi
    Jeunesse lève-toi

    Moi, contre ton épaule
    Je repars à la lutte
    Contre les gravités qui nous mènent à la chute
    Pour faire du bruit encore
    A réveiller les morts
    Pour redonner l’éclat
    A l'émeraude en toi
    Pour rendre au crépuscule
    La beauté des aurores
    Dis-moi qu'on brûle encore
    Dis-moi que brûle encore cet espoir que tu tiens
    Parce que tu n'en sais rien de la fougue et du feu
    Que je vois dans tes yeux
    Jeunesse lève-toi

    Quand tu vois comme on pleure
    A chaque rue sa peine
    Comment on nous écœure
    Perfusion dans la veine
    A l'ombre du faisceau
    Mon vieux, tu m'auras plus

    Ami, dis, quand viendra la crue ?

    Contre-courant toujours sont les contre-cultures
    Au gré des émissions, leurs gueules de vide-ordures
    Puisque s'en est sonné la mort du politique
    L'heure est aux rêves
    Aux utopiques
    Pour faire nos ADN
    Un peu plus équitables
    Pour faire de la poussière
    Un peu plus que du sable
    Dans ce triste pays
    Tu sais, un jour ou l'autre
    Faudra tuer le père
    Faire entendre ta voix
    Jeunesse lève-toi

    Au clair de lune indien
    Toujours surfer la vague
    A l'âme
    Au creux des reins
    Faut aiguiser la lame
    Puisqu'ici, il n'y a qu'au combat qu'on est libre
    De ton triste sommeil, je t'en prie, libère-toi
    Puisqu'ici il faut faire des bilans et du chiffre
    Sont nos amours toujours au bord du précipice
    N'entends-tu pas ce soir chanter le chant des morts ?
    Ne vois-tu pas le ciel à la portée des doigts ?
    Jeunesse lève-toi

    Comme un éclat de rire
    Vient consoler tristesse
    Comme un souffle avenir
    Vient raviver les braises,
    Comme un parfum de soufre
    Qui fait naître la flamme
    Quand, plongé dans le gouffre, on sait plus où est l'âme
    Jeunesse lève-toi
    Contre la vie qui va, qui vient
    Puis qui nous perd
    Contre l'amour qu'on prend, qu'on tient
    Puis qu'on enterre
    Contre la trace qui s'efface
    Au derrière de soi
    Jeunesse lève-toi

    Jeunesse lève-toi !

    Au clair de lune indien
    Toujours surfer la vague
    A l'âme
    Au creux des reins
    Faut aiguiser la lame
    Puisqu'ici, il n'y a qu'au combat qu'on est libre
    De ton triste coma, je t'en prie, libère-toi
    Puisqu'ici, il faut faire des bilans et du chiffre
    Sont nos amours toujours au bord du précipice
    N'entends-tu pas ce soir chanter le chant des morts
    A la mémoire de ceux qui sont tombés pour toi ?
    Jeunesse lève-toi ! "

    Vidéo clip officiel :


    votre commentaire
  • Les scred connection de Barbès à la devise évoquatrice : "Jamais dans la tendance, mais toujours dans la bonne direction" !

    Vous avez dit révolution?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique