• Le combat ordinaire - Les Fatals Picards - Vidéo et paroles

    Le combat ordinaire - Les Fatals Picards - Vidéo et paroles

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Le sens de la gravité", album 2009 des Fatals Picards. Des services publics détruits sans plus aucune retenue, un mépris total des gens dans les rues, mais nous continuons de résister en menant des combats devenus ... trop ordinaires, mais nécessaires !

     

    Site officiel du groupe : link

     

    Paroles :

     

    Le Combat Ordinaire

     
    Huit heures par jour vissé à ma machine
    Une vie transparente soudée à mon usine
    La casquette de travers, j'avais la classe ouvrière
    C'était toute ma vie, mon droit à la misère

    Jusqu'à cette lettre qui dit encore merci
    C'est ça ou RMI dans un faubourg de Varsovie
    J'ai rien contre la Pologne à part peut-être un pape ou deux
    Mais dans ma ville du nord le gris du décor est plus bleu

    Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
    Je vais piquet de grève comme on pique une colère
    Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
    Pour que continue le combat ordinaire

    Si mon vieux me voyait il serait fier de moi
    Lui qui était communiste comme on porte une croix
    S'il existe un Dieu pour les mineurs syndicalistes
    J'espère qu'au paradis les anges sont un peu marxistes

    Chez nous le chômage fait partie de la famille
    Comme l'amiante, l'oubli, la silicose et les terrils
    Quantités négligeables dont la vie ne tient qu'à un fil
    Certains soignent la peur du vide à coup de 21 avril

    Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
    Je vais piquet de grève comme on pique une colère
    Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
    Pour que continue le combat ordinaire

    Moi je sais planter des clous
    Moi je sais rester debout
    Moi je sais souder à l'arc
    Et moi je n'ai jamais le trac
    Et moi je sais la peur du vide
    Moi je n'ai pas pris une ride
    Moi je sais toucher le fond
    Et j'ai du charbon sur mon front
    Et moi je sais lever le poing
    Moi je n'oublie jamais rien
    Moi je sais rester humain
    Je sais toujours d'où je viens
    Et moi j'ai le sens du combat
    Moi j'ai des cals sous mes doigts
    Moi j'ai toujours mes mains d'or
    Moi je voudrai vivre encore
    Et moi j'ai plus des 50 piges
    Moi je n'ai jamais l'vertige
    Moi je sais rester de glace
    Devant le temps qui m'efface

    Mais je me connais je lâcherai pas l'affaire
    Je vais piquet de grève comme on pique une colère
    Plus têtu que tous les vieil homme et la mer
    Pour que continue le combat ordinaire.

     

    La vidéo (mise en image) :

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 18 Août 2012 à 09:59

    people like to the body in the South Seas  island resort atmosphere. Now put on the long period of standing to accept the baptism of the sun on the beach to absorb  the summer phytoncid!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :