• Pourquoi tu te bats? Kiemsa - Paroles et vidéo (mise en image du son)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un titre de Kiemsa, groupe de rock français. qui doit nous amener à réfléchir à notre action ... (du même album que "Salut à toi (l'intermittent) " : Nuits rouges - 2003).

     

     

    Paroles :

    "Te bats-tu contre l’sida le FN ou le chômage ?
    Te bats-tu pour l´état ne retienne que le mot partage ?
    Quelquefois mon ami il faut bien se demander
    Pourquoi 2 fois sur 3 on a envie de tout casser

    Pour quoi tu te bats ?

    Te bats-tu contre le sort ou pour sauver ton coffre-fort ?
    Te bats-tu pour tes records ou contre les aéroports ?
    Quelquefois mon ami il faut bien se demander
    Pourquoi 2 fois sur 3 on a envie de tout casser

    Pour quoi tu te bats ?

    Te bats-tu pour abaisser la TVA sur les CD ?
    Te bats-tu contre la télé et sa putain de réalité ?
    Quelquefois mon ami il faut bien se demander
    Pourquoi 2 fois sur 3 on a envie de tout casser

    Pour quoi tu te bats ?


    Te bats-tu pour l’ivg les nains de jardins l’abolition ?
    Te bats-tu contre la guerre le nucléaire la pollution ?
    Quelquefois mon ami il faut bien se demander
    Pourquoi 2 fois sur 3 on a envie de tout casser

    Réfléchis et pose-toi des questions :
    On soutient des choses sans savoir ce qu’elles sont
    Réagis observe la situation
    Met à plat tes idées et demande toi ou elles vont
    Tes aînés ont leurs idées bien rodées
    Et oui ça ne relève pas encore de l’hérédité
    Construit tout seul la personnalité
    Qui finira réellement par te faire avancer

    Pourquoi tu te bats ?


    Te bats-tu avec l’Acat ou d’autres causes humanitaires ?
    Te bats-tu avec Attac et ceux qui contrent la misère ?
    Quelque soit ton combat, le temps nous est compté
    Le chrono du fracas vient de se déclencher

    Pourquoi tu te bats ?"

     

     


    votre commentaire
  • Salut à toi - Bérurier noir - Paroles et vidéos - versions Kiemsa et Ogres de Barback

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bérurier Noir en live à l'olympia :

     

     

     

    Salut à toi!

    Salut à toi ô mon frère
    Salut à toi peuple khmer
    Salut à toi l'Algérien
    Salut à toi le Tunisien
    Salut à toi Bangladesh
    Salut à toi peuple grec
    Salut à toi petit Indien
    Salut à toi punk iranien

    Salut à toi rebelle afghan
    Salut à toi le dissident
    Salut à toi le Chilien
    Salut à toi le p'tit Malien
    Salut à toi le Mohican
    Salut à toi peuple gitan
    Salut à toi l'Ethiopien
    Salut à toi le tchadien

    Salut à vous les Partisans
    Salut à toi "cholie all'mante"
    Salut à toi le Vietnamien
    Salut à toi le Cambodgien
    Salut à toi le Japonais
    Salut à toi l'Thaïlandais
    Salut à toi le Laotien
    Salut à toi le Coréen

    Salut à toi le Polonais
    Salut à toi l'Irlandais
    Salut à toi l'Européen
    Salut à toi le Mongolien
    Salut à toi le Hollandais
    Salut à toi le Portugais
    Salut à toi le Mexicain
    Salut à toi le marocain

    Salut à toi le Libanais
    Salut à toi l'Pakinstanais
    Salut à toi le Philippin
    Salut à toi l'Jamaïcan
    Salut à toi le Guyanais
    Salut à toi le Togolais
    Salut à toi le Guinéen
    Salut à toi le Guadeloupéen

    Salut à toi le Congolais
    Salut à toi le Sénégalais
    Salut à toi l'Afro-cubain
    Salut à toi l'Porto-ricain
    Salut à toi la Haute Volta
    Salut à toi le Nigéria
    Salut à toi le Gaboni
    Salut à toi le vieux chtimi

    Salut à toi Che Guevara
    Salut aux comités d'soldats
    Salut à tous les hommes libres
    Salut à tous les apatrides
    Salut à toi la Bertaga
    Salut aussi à la Banda
    Salut à toi punk anarchiste
    Salut à toi skin communiste

    Salut à toi le Libéria
    Salut à toi le Sri Lanka
    Salut à toi le sandiniste
    Salut à toi l'unijambiste
    Salut l'mouv'ment des Jeunes Arabes
    Salut à toi Guatemala
    Salut l'P4 du contingent
    Salut à toi le Shotokan

    Salut à toi peuple Kanak
    Salut à toi l'tchécoslovaque
    Salut à tous les p'tits dragons
    Salut à toi qui est keupon
    Salut à toi jeune Malgache
    Salut à toi le peuple basque
    Salut à toi qu'est au violon
    Salut à toi et mort aux cons

    Salut à toi le Yougoslave
    Salut à toi le voyou slave
    Salut à toi le Salvador
    Salut à toi le Molodoï
    Salut à toi le Chinois
    Salut à toi le Zaïrois
    Salut à toi l'Espagnol
    Salut à toi le Ravachol

    Salut à toi le Hongrois
    Salut à toi l'iroquois
    Salut aussi à tous les gosses
    Des îles Maudites jusqu'à l'Ecosse
    Salut à vous tous les zazous
    Salut à la jeune garde rouge
    Salut à toi le peuple corse
    Salut aux filles du Crazy Horse

    Salut à toi la vache qui rit
    Salut à Laurel et Hardy
    Salut à toi peuple nomade
    Salut à tous les "camawades"
    Salut à toutes les mères qui gueulent
    Salut aussi à Yul Brunner
    Salut à toi l'handicapé
    Salut Jeunesse du monde entier

    Salut à toi le dromadaire
    Salut à toi Tonton Albert
    Salut à toi qu'est à la masse
    Salut aussi à Fantomas
    Salut à toi Roger des près
    Salut à toi l'endimanché
    Salut à tous les paysans
    Salut aussi à Rantanplan
     
     
    La version "Ogres de Barback" de "Salut à toi :

     
     
    Cette chanson a bien entendu été reprise et adaptée pour de multiples causes. En voici un exemple avec un titre en hommage des intermittents du spectacle. Une occasion de découvrir le groupe Kiemsa :
     
     

    5 commentaires
  • Porcherie - La jeunesse emmerde le front national - Bérurier Noir - Paroles et vidéo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un appel à lutter contre le front national. Plus jamais de front national à 20 % ... !

    Derrière l'arnaque sémantique actuelle du front national et de Marine reste une idéologie xénophobe au service des intérêts du système capitaliste.

    La lutte doit donc continuer plus que jamais mais sans renoncer à nos idéaux. Une gauche qui ne fait pas une politique de gauche est le meilleur moyen d'envoyer un jour une coalition FN-UMP au pouvoir! 

     

     


    "Porcherie
    Porcherie
    Porcherie
    Porcherie

    Le monde est une vraie porcherie
    Les hommes se comportent comm'des porcs
    De l'élevage en batterie
    A des milliers de tonnes de morts

    Porcherie, porcherie
    Porcherie, porcherie

    Nous sommes à l'heure des fanatiques
    Folie oppression scientifique
    Nous sommes dans un état de jungle
    Et partout c'est la loi du flingue

    Porcherie, porcherie
    Porcherie, porcherie

    Prostitution organisée
    Putréfaction gerbe et nausée
    Le Tiers-Monde crève les porcs s'empiffrent
    La tension monte, les GI griffent

    Porcherie, porcherie
    Porcherie, porcherie

    Massacrés dans les abattoirs
    Brûlés dans les laboratoires
    Parqués dans des citées-dortoir
    Prisonnier derrière ton parloir

    Porcherie, porcherie
    Porcherie, porcherie

    Et au Chili les suspects cuisent
    Dans les fours du gouvernement
    En Europe les rebelles croupissent
    Dans les bunkers de l'isolement

    Porcherie !!
    Porcherie !!

    Un homme qui éclate en morceaux
    Dynamité par des bourreaux
    Des singes conduits à la démence
    Beethov' devient ultra-violence

    Porcherie !!
    Porcherie !!

    D'un côté l'système monétaire
    De l'autre l'ombre militaire
    Tout fini en règlement d'compte
    A coup de schlagues le sang inonde

    Porcherie, porcherie
    Porcherie, porcherie

    Flics armée
    Porcherie

    Apartheid
    Porcherie

    DST
    Porcherie

    Et l'enculé de gros Le Pen
    Porcherie

    Allez levez les doigts, levez les doigts, tous les doigts !!
    Alors on vous fait confiance plus jamais de 20% plus jamais !!
    Nous serons toujours contre !!
    C'est ça le mouvement de la jeunesse, le mouvement de la jeunesse
    Alors à toutes les manifestations nazi soyez la, soyez présent et empêchez les !!!
    Car nous sommes noirs, nous sommes blancs, nous sommes jaunes et ensemble, nous sommes de la dy-na-mite !!!!

    1, 2, 1, 2, 3, 4 !!!

    La Jeunesse emmerde le Front National! (X9)
    La Jeunesse emmerde tous les Nazis

    Jeunesse française, jeunesse immigrée, solidarité!

    La jeunesse emmerde le Front National! "


    1 commentaire
  • Le temps des cerises - Eiffel et Cantat - Noirs désirs - Vidéo - Paroles

     

     

     

     

     

     

     

     

    La version "Bertrant Cantat" de ce grand classique de la chanson "révolutionnaire" française. Accompagné par Eiffel pour cette occasion, "Le temps des cerises" est une évocation de la Commune de Paris".

     

    Vidéo live du concert :

    Paroles :

    Quand nous chanterons le temps des cerises
    Et gai rossignol et merle moqueur
    Seront tous en fête
    Les belles auront la folie en tête
    Et les amoureux du soleil au coeur
    Quand nous chanterons le temps des cerises
    Sifflera bien mieux le merle moqueur
    Mais il est bien court le temps des cerises
    Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
    Des pendants d’oreilles
    Cerises d’amour aux robes pareilles
    Tombant sous la feuille en gouttes de sang
    Mais il est bien court le temps des cerises
    Pendants de corail qu’on cueille en rêvant
    Quand vous en serez au temps des cerises
    Si vous avez peur des chagrins d’amour
    Evitez les belles
    Moi qui ne crains pas les peines cruelles
    Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
    Quand vous en serez au temps des cerises
    Vous aurez aussi des peines d’amour
    J’aimerai toujours le temps des cerises
    C’est de ce temps-là que je garde au coeur
    Une plaie ouverte
    Et Dame Fortune, en m’étant offerte
    Ne saura jamais calmer ma douleur
    J’aimerai toujours le temps des cerises
    Et le souvenir que je garde au coeur. 

    Jean Baptiste Clément

     

     Le son original de la reprise de "Le temps des cerises" par Noir Désir :

     


    1 commentaire
  • Luttes d'hier et d'aujourd'hui - Hors contrôle - Vidéo et paroles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un extrait de l'album "Enfants du charbon" (2008) du groupe "Hors contrôle". Du très bon rock français, avec un coté anti fasciste très prononcé, ce qui n'est pas du luxe en ce moment ... !

     

     

    Le site officile du groupe :  link

     

    "Luttes d'hier et d'aujourd'hui" car les luttes ouvrières sont malheureusement toujours d'actualité aussi...

     

    Les paroles :

     

    Stop à l'exploitation
    Non à la soumission
    Ce sont nos r'vendications
    Gardons nos positions

    Travailleurs d'hier et ouvriers d'aujourd'hui
    Contre les misères et contre tous les profits
    De l'usines aux carrières et de minuit à midi
    La famine la misère c'était hier comme aujourd'hui

    Refrain
    Car les luttes d'hier et d'aujourd'hui
    N'ont pas changés
    La misère est la même seules les années ont passés
    C'est la classe ouvrière qui continue à morfler

    Pour une vie meilleure ils ont payés de leur sueur
    Combattant l'patronat et soutenant le syndicat
    Pas de légion d'honneur pour les combattants du labeur
    Ni couronne ni fleur seule la lutte est leur honneur

    Refrain

    Contre le capital votons la grève générale
    Arrêtons d'engraisser tous ces patrons boursouflés
    Stop à l'exploitation,luttons pour nos conditions
    Notre insoumission,il faut virer tous ces cons

    Refrain

     

    Une vidéo avec mise en image :

     

     

     

     

    Une version "live" :

     

     


    votre commentaire
  • Masta - Nouvel R - clip vidéo

     

     

     

     

     

    Masta.

    Une réflexion sur les religions, les croyances, le respect, une critique des extrêmismes, le tout dans un rythme envoutant.

    Un groupe de rap qui proclame son athéisme, et prône la laîcité !

    Excellent titre de Nouvel R extrait de l'album "Tout va bien" (2010).

     

     

     

    Paroles :

     

    "C’est pas les étoiles qui m’ont guidé, c’est pas la foi qui m’a aidé,

     Je n’ai jamais cru en autre chose qu’en une solide ténacité.

     Regarde les implorer et questionner Le Très Grand,

     Un peu plus tard à pleurer et critiquer le néant.

     C’est bien plus facile d’attendre, se reposer sur ses croyances,

     Que d’agir et d’entreprendre et inverser la tendance.

     J’ai du respect pour l’homme sage quel que soit sa religion,

     Mais je comprend pas les otages prisonniers de leurs convictions.

     Je respecte les insoumis qui ont choisi leur direction,

     Les hommes d’honneur et leurs prises de positions.

     Des bâtiments, des bijoux, des tueries au nom d’un dieu.

     Je comprend pas les raisons, je crois en moi c’est bien mieux.

     Je crois aussi en l’amitié, j’ai des valeurs des principes

     Et y’a pas un seul billet qui pourra les humilier.

     Les yeux mouillés à genoux, ils avouent tous leurs pêchers,

     Mais là haut personne se dévoue pour venir les pardonner.

     Je ne cherche pas de paradis, je n’enfante pas d’illusions.

     Je veux me sentir bien ici c’est ma seule motivation.

     Je ne cherche pas de paradis, je n’enfante pas d’illusions.

     Je veux me sentir bien ici c’est ma seule motivation.

     Chaque religion a sa foi et c’est pour ça que je les respecte toutes,

     J’ai grandi sans trop croire et au fond de moi subsistait le doute.

     Ni poly ni monothéiste j’ai préféré resté athée,

     Puis un jour, j’ai découvert la vraie histoire de Siddhârta.

     Je crois qu’on a plusieurs vies, je ne sais pas à combien j’en suis,

     J’aimerais prendre le chemin mais je ne sais pas sur quelle route je suis,

     Dur de méditer quand il y a cette pensée qui te poursuit,

     Beaucoup de nuages dans mon ciel m’empêchent de voir l’essentiel, la vérité.

     Habité par la dualité, Je comprends la causalité,

     L’interdépendance, l’impermanence.

     Mais la théorie n’est rien si je n’en fais pas l’expérience,

     C’est au fond de moi que tout se trouve, au fond de nous qu’est la délivrance.

     Je crois en une intelligence, une existence extérieure,

     Croire qu’on est les seuls, c’est surtout croire qu’on est supérieur.

     On peut me dire occulte, paranormal, ésotérique,

     Mais chacun a le droit à son culte sur l’éphémère demeure sphérique.

     Je n’ai pas vu la lumière, encore moins d’homme marcher sur l’eau.

     On m’a parlé des guerres au nom de celui qui vit là haut.

     Des sauvages éduqués à grands coups d’écrits bibliques,

     Des territoires occupés par des colons fanatiques.

     Une Palestine morcelée, de son intégrité dépecée,

     Le bien contre le mal nous sont tous les jours ressassés.

     Des dogmes et des tabous, des peuples mis à genoux,

     Des actes extrêmes injustifiables qui sont de plus en plus fous.

     Y’a eu la fuite de chefs nazis sous couvert du Vatican,

     Des puritains font les lois dans un pays bien trop puissant.

     Y’a eu l’époque des templiers, maintenant celle des talibans,

     Je suis pour l’entraide, pas le conflit, entre l’occident et l’orient.

     Où est l’humour dans tout ça, il persiste mais reste discret,

     Il est sous le joug d’une fatwa ou sur le banc des accusés.

     Je ne savais pas qu’aujourd’hui la censure frappait encore,

     Que pour un livre ou des dessins, on pouvait risquer la mort.

     Libre penseur je crois en l’homme dans tout ce qu’il a de bon ou de mauvais,

     Je resterai mon propre maître en respectant ce que tu es.

     Mais laisse moi être laïc, respecte mes libertés,

     Je n’entraverai pas les tiennes si la tolérance est de ton côté."

     

     

     


    votre commentaire
  • L'effort de soumission - Batlik

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un extrait de album de Batlik 'L'art des choix" (2010) : L'effort de soumission.

     Un très beau texte, une colère, un désir d'un autre monde.

     

     
    Paroles :
     

    A mesure que nous avançons
    Vers notre triste condition d'insecte
    Je porte un toast à tous ceux qui
    Ont lutté pour que nous puissions nous arracher
    A cette condition forcée
    A tous ceux qui pensent que nous sommes
    Des humains et pas qu’une somme
    De cerveaux disponibles
    Des parts de tranche de cible
    A tous ceux qui l'ouvrent bien grand
    Activistes et manifestants
    A  nos amis anarchistes
    A tous les fous terroristes
    Ceux pour qui la démocratie
    Se vide de son sens
    Si elle n'inclue plus le droit de dire non
    Sans qu'une faction de flics fonde sur toi
    Comme pour chaque quartier sinistré
    A qui on demande de la boucler
    De ne surtout pas montrer
    L’échec maintenu d'une politique
    Raciste injuste et bâclée
    A ceux qui exigent le respect
    Malgré les menaces du préfet
    Tous ceux qu'on discrimine et puis qu'on incrimine
    Enfin aux luttes fières et exemplaires
    Dont nous sommes chacun tributaire
    Des vagues d'immigration venue
    Enrichir le sol, le sang et le sens de cette nation.

    Maintenant qu'on travaille pour les banques
    Qu'on sait très bien que rien ne manque
    Et que l'Etat de droit n'est là
    Que pour garantir la bonne marche de ce système là
    Son incessante propagande
    Le modèle unique qu'ils nous vend
    Et les efforts qu'il mettent à réduire le reste en miettes
    A grand renfort de chantage sur l'exclusion et le chômage
    Et pour les plus endurcis
    L'option d'aller taffer pour rien
    Au fond d'une prison pourrie
    Où  cachetons, télévision, chichons se roulaient
    Rempart à la rébellion
    Pendant que police et code pénal
    Maintiennent la paix sociale
    A l'heure où la noblesse d'état
    Et son américain d'avocat
    Veulent nous donner des leçons
    Sur l'effort de soumission
    Je porte un toast à la colère
    Légitimée sans savoir-faire
    Parce que le, c'est déjà ça
    C'est à elle qu'on le doit.


    votre commentaire
  • Un minimum - Nouvel R

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un petit voyage dans la France qui vit du minimum ... beaucoup trop de personnes vont se reconnaître dans ce portrait.

    Bienvenue dans la cinquième puissance économique mondiale!

    Il y aurait pas un petit problème de répartition des richesses par hasard?

     

    Un extrait de l'album "Tout va bien" (2010) de Nouvel R : Un minimum

    Le site officiel de Nouvel R : http://www.nouvelr.fr/fr/

     

     
    Paroles :
     

    Un peu de pognon, un peu de travail, un p’tit crédit, un peu de répit,

    Un peu de poisse, un peu de chance, un peu de patience, un peu de vacances,

    Un peu de sexe, un peu d’amour, un peu de soupirs, un peu de sourires,

    Un p’tit bambin qui ne fait qui ne fait que grandir, un peu de galère, un peu de colère,

    Un peu de vide dans le frigidaire, un peu d’insultes, un peu de trafic,

    Un peu de fatigue, et deux trois fautes,

    Un peu de taule, un peu de mépris, un peu de mort, un peu de vie,

    Un minimum, Un minimum, Un minimum

    C’est le retour de la crise, le revers de la médaille,

    Les caisses vides le disent, tout le monde est sur la paille.

    Essayant tant bien que mal de joindre les deux bouts,

    Garder la tête haute, rester debout.

    Les écarts se transforment, deviennent des falaises,

    Sensation de vertige, le malaise pèse

    Dans la balance, le cul entre deux chaises,

    Balloté dans tous les sens.

    Petit boulot, faut l’accepter,

    Crédit sur le dos qu’on s’est pété,

    Inégale répartition des richesses,

    Dis-moi c’est ça la modernité ?

    Le stress est de mise on avance sans balise

    Sur la chance beaucoup misent, il y a peu de surprise

    Pour fuir le chômage, fuir son emprise.

    L’état désengage et le peuple s’enlise.

    Refrain

    J’appuie sur pause, analyse les choses, les dérives les causes,

    J’me bats comme tous ceux qu’on écrase.

    Les ouvriers, les petits commerces, les temps partiels, les rmistes,

    Étudiants pauvres, les petites retraites, les immigrés, les SDF.

    La rue en cause, trouve les portes closes, des questions se posent,

    On nous sort toujours de belles phrases.


    Pommes de terre encore, conserves alimentaires,

    Seulement le quinze du mois et c’est déjà la faim qui tord

    Le corps, besoins élémentaires et le menteur

    Fera un beau discours à vingt heures où positif est l’inventaire.

    Culpabilisation du demandeur d’emploi, plus de deux refus et plus de droit.

    Tant d’ouvriers déçus qui ne se réclament plus de droite.

    Le droit de travailler pour payer, charges et loyer noyés dans les factures.

    Le cerf se débat, pas le seigneur, le roi aggrave la facture.

    Lorsque les vitrines qui font envie réussissent à nous faire croire

    Que toute cette marchandise a plus de valeur que nos vies.

    Quand les discours ne tiennent pas leurs promesses,

    Alors que l’amalgame est fait entre précarité et paresse.

    Maladresse dans les mots et dans les gestes, y’a l’opulence et puis le reste…

    Un peu deféraille dans la poche,

    Juste ce qu’il faut pour ne pas perdre la face

    Quand les vitrines reflètent nos visages envieux, on se casse.

    (refrain)

    Drôle d’époque, début de siècle, ça se bouscule et s’entasse

    Au portail de la débrouille, dans la détresse de cette impasse.

    Drôle d’époque, début de siècle, ça se trahit dans le brouillard,

    Ça baisse les bras, ça baisse la garde quand d’autres s’entraident et se préparent.


    votre commentaire
  • Un bon Français - Batlik

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un extrait 'Un bon Français" de l'album "L'art des choix" de Batlik (2010).

    Vous l'avez sans doute croisé ce bon français... celui qui regarde sans doute le journal de JP Pernaut, et qui s'apprête à voter Marine ... ou Sarkoguéant!


    Batlik en a fait une chanson croustillante!

     
    Paroles :

    L'air était lourd, la pluie allait bientôt tomber
    Il était à court d'essence quand j'l'ai emmené
    A peine assit il accuse les bronzés, les frisés
    Du prix de l'essence et du temps qu'il fait
    Il était plus lourd que l'air quand la pluie est tombée
    Mais qu'est ce que je viens pas de faire?
    J'ai pris en stop, un bon français.


    Il ouvre sa bouche, suinte et pue le vieux rosé
    Il en remet des couches, des fois que j’sois bouché
    On peut enfin compter sur ce brave gouvernement
    Pour mettre du bleu là partout où c'est plus blanc
    Lui qui n'a jamais mis les pieds dans une banlieue
    En parle pourtant comme si il vivait au milieu
    Il récite le refrain de rigueur
    Et débite les couplets en vigueur
    Il était plus lourd que l'air quand la pluie est tombée
    Mais comment j'vais m'défaire de c'bon français?

    Je prétexte une furieuse envie de pisser
    Il en profite aussi mais je remonte le premier
    Le regarde une toute dernière fois, son bidon sous l'bras
    Pisser en rase campagne sous la pluie et le froid
    Il avait un drôle d'air quand j'ai accéléré
    La queue à l'air fier comme un gros coq mouillé !

    L'air était frais, la pluie avait fini de tomber
    Il était presque 20h quand il rentré
    A peine assis sa femme lui sert son petit rosé
    S'assoit avec lui et allume la télé
    Passive et volontaire jusqu'à l'heure du coucher
    C'est comme ça qu'on fabrique, les bons français.

    votre commentaire